UA-74718949-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2016

1er FIELD DAY D'ETRETAT

Etretat,Field Day,F4KJL,F6KOH,F4KIW

De g. a dr. : F1CNB, XYL F6CYK, F4FWX, SWL Sylvain B., F0GLL, F1ACQ, Christian (de la réserve de sécurité civile d'Etretat), F6CYK, F4GGF, F4FWX, SWL Sylvain (ADRASEC-14)

Etretat,Field Day,F4KJL,F6KOH,F4KIW

F4FWX et F1ACQ, "scieurs de long" : on affine l'antenne 50 Mhz

Etretat,Field Day,F4KJL,F6KOH,F4KIW

On reprend des forces...

 

Etretat,Field Day,F4KJL,F6KOH,F4KIW

F4WAR en action...

Etretat,Field Day,F4KJL,F6KOH,F4KIW

F6CYK au manip...

etretat,Field Day,F4KJL,F6KOH,F4KIW

F4WAR et F4FWH : on compare les résultats !

01/05/2016

BELLE PROPAGATION VHF CE 1ER MAI

Etretat,Field Day

28/04/2016

FIELD DAY ETRETAT 2016

Etretat,Field Day 

LES OBJECTIFS DU FIELD DAY D'ETRETAT

Le Field Day d'Etretat se donne plusieurs objectifs. C'est à la fois :

- Un exercice de préparation aux communications en situation d'urgence.
- Une opportunité de faire la promotion du radio-amateurisme auprès du grand public.
- Une occasion de se retrouver sur un site exceptionnel et aussi de se souvenir de nos anciens qui avaient pris l'habitude de se réunir le 1er mai à Tancarville
- Un accent mis sur la promotion du trafic QRP sur les bandes décamétriques et du trafic BLU sur la bande des 50 Mhz.

Cette activité, ouverte aux radio-amateurs de la région, aura pour but de promouvoir les opérations dans des conditions d'opérations précaires : il s'agira de contacter le maximum de stations radioamateur du monde, en utilisant les moyens les plus réduits possibles (petites puissances, autonomie des sources d'alimentation électriques, antennes de petites dimensions etc.)

QUI PEUT PARTICIPER ?

La participation sur les ondes est ouverte à tous les radioamateurs du monde.

OU CELA VA-T-IL SE PASSER ?

ETRETAT – Falaise d'Amont (à proximité de la chapelle)

QUAND CELA VA-T-IL SE PASSER ?

Dimanche 1er Mai 2016 8h00 - 18h00

MOYENS UTILISES

Puissance : de quelques mW à 10 W maximum

Alimentation : autonomie totale (batteries ou panneaux solaires. Pas de groupe électrogène)

Antennes : le plus réduites possibles

Matériel de construction OM privilégié

 Fréquences centrales utilisées

 

Fréquences
« QRP »
CW BLU Modes numériques
2 km Toute la bande - -
630 m Toute la bande - -
160 m 1,843 MHz - -
80 m 3,560 MHz 3,690 MHz 3,630 MHz
       
40 m 7,030 MHz 7,090 MHz 7,070 MHz
30 m 10,106 MHz
et 10,116 MHz
- -
20 m 14,060 MHz 14,285 MHz 14,130 MHz
17 m 18,086 MHz 18,130 MHz 18,150 MHz
15 m 21,060 MHz 21,285 MHz 21,180 MHz
12 m 24,906 MHz 24,950 MHz 24,960 MHz
10 m 28,060 MHz 28,360 MHz 28,330 MHz
2 m 144,060 MHz - -
6 m - 50,276 Mhz -

Sur place :

Fréquence de ralliement : transpondeur d'Etretat

    • Approche : 145,2625 Mhz
    • Sur place : 432,550 Mhz

Fréquence de dégagement : 145,550 Mhz

INFORMATIONS

Les informations peuvent être obtenues auprès de F4KJL ou de F6CYK f6cyk.etretat@gmail.com 

 

HACKATHON FRHACK!

ANFR,Hackathon

L’ANFR LANCE UN HACKATHON LES 28 ET 29 MAI

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) organise le week-end des 28 et 29 mai le hackathon FrHack! à la Fonderie, un évènement créatif et technologique sur le thème des fréquences radioélectriques. Ce hackathon va permettre de concevoir des services numériques innovants associés aux fréquences, grâce à la mise à disposition de trois jeux de données en open data, avant leur diffusion officielle : 

  • les mesures de champs électromagnétiques ;
  • les stations radioélectriques (émetteurs de tout type, téléphonie, 3G, 4G, TNT …) ;
  • les servitudes radioélectriques (zones protégées pour éviter les brouillages).

Les participants seront amenés à réinventer la communication entre les usagers des fréquences et l’ANFR et à porter une réflexion sur les jeux de données publiques proposés : comment faire vivre ces données en les croisant avec d’autres ?  Quelles pourraient être les applications et les nouveaux usages qui en découlent ? Comment aider les citoyens à les enrichir ?

Cet événement ouvert accueillera différents profils de participants : spécialistes des données, développeurs, graphistes, architectes, cartographes, experts ondes et signal... Ils auront pour mission de concevoir de nouveaux usages au service des citoyens : outils de visualisation des ondes, mesure des niveaux de champs en crowdsourcing, guide de randonnées en zones blanches… La seule limite sera leur imagination !

En amont de « Frhack », une séance de brainstorming collectif aura lieu le 19 mai afin de sensibiliser les participants aux données libérées et de commencer à échanger sur les services à inventer.

En organisant ce hackathon, l’Agence réaffirme sa politique d’ouverture des données, initiée en 2015, et qui est encouragée par le projet de loi sur la République numérique, qui vise notamment à renforcer et à élargir l’ouverture des données publiques pour permettre leur réutilisation par tous. Cet événement est organisé en partenariat avec la mission ETALAB, en charge de la politique d’ouverture des données publiques.

Si vous voulez participer au hackathon des fréquences ou obtenir des informations sur l’événement, rendez-vous sur : http://hackathon.anfr.fr

Vous pouvez également vous inscrire directement sur le formulaire : http://goo.gl/forms/VNajqUzdEH

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter notre communiqué de presse.

Source : http://www.anfr.fr/l-anfr/actualites/toutes-les-actualite...

23/04/2016

DERNIERE MINUTE : LÂCHER DE BALLON STRATOSPHERIQUE

Ludiver,ballon stratosphérique

(Info des "Amis de Ludiver")

Tournez vos antennes vers Cherbourg !

Météo favorable pour le lâcher du ballon stratosphérique « Les Amis de Ludiver » !

 Le lâcher est confirmé pour samedi prochain, le 23 AVRIL  vers 14h30, en présence des familles et de la participation des enfants qui le souhaitent.

La nacelle du ballon a été équipée par l’équipe des Amis de Ludiver, porteurs du pass annuel. Les expériences embarquées permettront de suivre à distance le voyage aérien. La télémesure recevra les données de températures, de pression, de luminosité, de comportement face aux courants atmosphériques.

 L’opération est nationalement encadrée par le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) et autorisée régionalement par Planète Sciences Normandie qui délègue sur place un aérotechnicien garantissant la sécurité et le respect des procédures.

 Animation gratuite, sans réservation (parc paysager et espace détente).

Accès payant à la muséographie et à la séance de planétarium.

Coordonnées GPS du site de lancement :
LATITUDE : 49° 37′ 54″
LONGITUDE : 1° 43′ 34″
Télémétrie : 137, 050 MHz

15/03/2016

IL Y A 60 ANS : "SI TOUS LES GARS DU MONDE"



 

Il y a 60 ans sortait sur les écrans « Si tous les gars du monde », film de Christian Jaque dont l'action se déroule à bord d'un chalutier concarnois. Le tournage, la sortie mondiale, les anecdotes... Jean-Paul Ollivier revient sur l'histoire de ce long-métrage dont il connaît la moindre scène.

Le 23 mars 1956, un mois après sa sortie mondiale, « Si tous les gars du monde » était projeté sur l'écran du Vox. Dans la salle de la rue de l'Alma, Jean-Paul Ollivier, alors âgé de 12 ans ne rate pas une miette du film de Christian Jaque. « J'étais venu assister à la projection avec ma mère. Lors du tournage, Alexandre Mnouchkine, le producteur avait promis d'adresser une copie dans les plus brefs délais à la cité thonière. Il a tenu parole », confie le journaliste, incollable sur les tournages menés dans la ville bleue.

À bord du Lutèce, chalutier de l'armement CMB

C'est en 1955 que Christian Jaque pose ses caméras à Concarneau. Les prises de vue vont y durer plusieurs semaines, d'abord début juillet puis à l'automne. Le réalisateur est venu y capter les scènes de mer de son long-métrage. « À chaque fois qu'il souhaitait du gros temps, il faisait particulièrement beau ! », se souvient le Concarnois. Ces scènes se déroulent à bord du Lutèce, un chalutier sorti un an plus tôt des chantiers Krebs. Loué auprès de l'armement Chevannes-Merceron-Ballery (CMB), ce navire de 24 m sert de théâtre aux moments les plus tragiques du film, ceux au cours desquels les marins tombent malades les uns après les autres. Il s'agit de cas de botulisme, provoqués par l'ingestion de jambon avarié. Une panne de la radio de bord vient aggraver la situation. Grâce à un poste à ondes courtes, l'équipage parvient à informer des radio-amateurs. C'est leur mobilisation dans plusieurs pays qui va permettre de secourir in extremis les marins bretons à qui un container de sérums est largué par avion.

Un multiplex dans six pays pour la sortie

La dimension internationale de cette histoire humaniste se reproduira au moment de la première du film, en février 1956, sous la forme d'un multiplex à la radio. Au même moment, le film est projeté à Paris, Oslo, New York, Berlin, Rome et Moscou. « Les envoyés spéciaux de la Radiodiffusion française étaient présents dans les différentes salles et interviewaient les spectateurs des six pays respectifs à propos du film. Dans les salles, des haut-parleurs permettaient aux spectateurs de chaque capitale d'entendre les réponses formulées dans les autres pays. C'était la première fois qu'un tel système était organisé, non seulement par la Radiodiffusion française mais aussi dans le monde entier », détaille Jean-Paul Ollivier. En feuilletant l'album de photos qu'il a consacré au film, le journaliste s'arrête sur l'agrandissement d'un cliché. On y voit une foule considérable massée sur le quai d'Aiguillon. « C'était pour la scène finale, on nous avait demandé de venir nombreux pour assister au retour du Lutèce. Le réalisateur avait même fait une annonce en ce sens pendant la messe pour avoir un maximum de figurants ».

Comédiens et vrais pêcheurs échangent leurs tenues

Quelques années plus tard, alors en poste à radio Djibouti, Jean-Paul Ollivier retrouve Christian Jaque pour une interview. « Il avait gardé de si bons souvenirs que j'ai bien cru qu'il allait m'embrasser quand je lui ai dit que j'étais de Concarneau ». C'est toujours coiffé de sa casquette de reporter qu'il garde contact avec Jean Gaven, l'un des principaux acteurs de la distribution. Face caméra, mais également à Concarneau où il le fait venir en 2003, il l'invite à livrer quelques-uns de ses souvenirs du tournage de « Si tous les gars du monde ». Et le comédien n'est pas avare en anecdotes. La plus savoureuse étant très certainement celle dans laquelle il confie que les costumes de marins procurés par la production faisant trop neufs, lui et d'autres acteurs avaient décidé de les troquer, à même le quai, contre les tenues de vrais marins-pêcheurs concarnois, tout juste rentrés de mer !

 

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/concarneau/cinema-si...