UA-74718949-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2016

AG DE L'ADRASEC-76 A ETRETAT

ADRASEC

10/02/2016

L'ADRASEC-76 EN AG A ETRETAT

 

ADRASEC

L’Association départementale des radioamateurs sécurité civile (Adrasec 76) a tenu son assemblée générale samedi, en présence du commandant du Sdis d’Yvetot, du chef de base Hélico-Sécurité civile Dragon 76, du commandant Audouin, chef du Groupement opération prévision au sein du service départementale de service secours, des représentants des sapeurs-pompiers d’Étretat et de responsables de la réserve communale de sécurité d’Étretat, ainsi que des adjoints Catherine Millet et Pierre-Antoine Dumarquez. L’occasion de présenter le savoir-faire des opérateurs et l’équipement utilisé dans le cadre de ses missions.

L’Adrasec regroupe une trentaine de radioamateurs répartis en trois zones : Le Havre, Dieppe et Rouen. Des radioamateurs passionnés, volontaires et motivés qui participent sur réquisition de la préfecture aux alertes et aux exercices. Ainsi lors du déclenchement du plan Orsec (Organisation des secours et recensement des moyens publics et privés susceptibles d’être mis en œuvre en cas de catastrophe), leur rôle est d’établir et d’exploiter les réseaux annexes et supplétifs des transmissions, dans le cadre du dispositif Sater (Sauvetage aéroterrestre) de recherche d’aéronefs en détresse, par l’écoute et la localisation des balises de positionnement. « Aujourd’hui, lors d’opérations de secours, ils font partie des partenaires qui peuvent nous aider en termes de transmission en parallèle des différents systèmes utilisés, notamment dans la recherche des balises de détresse, a souligné le commandant Audouin. Ils contribuent en étroite collaboration avec les services départementaux à assurer la permanence des liaisons, ils interviennent dans la surveillance vidéo lors de manifestations tel l’Armada... »

[Lu sur le site de Paris-Normandie : http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/507... ]

 

 

14/01/2016

RADIOAMATEURISME ET RASPBERRY-PI

G0HWC a développé plusieurs réalisations permettant aux OM's d'explorer les possibilités du nano-ordinateur Raspberry-Pi dans le domaine des télécommunications.

- "tracker" d'avions avec le système ADS-B (Automatic Dependent Surveillance-Broadcast)
- Relais Echo-Link
- Point d'accès D-Star et système W6KD
- Récepteur SDR
- Station WSPR (prononcer "whisper"), "Weak Signal Propagation Reporter"
- Emetteur FM
- Tracker APRS
- Serveur de station (mesures de températures, télécommande de rotateurs d'antennes etc.)

A voir sur http://www.g0hwc.com/raspberry-pi-ham-radio.html

Raspberry-Pi

Raspberry-Pi

Raspberry-Pi

22/12/2015

DIGIMODES SIMPLES ET PAS CHER

Pas besoin de récepteur de trafic, pas besoin d'interface : rien de plus simple aujourd'hui pour recevoir les digimodes sur son micro-ordinateur.

Il suffit

  1. de télécharger et d'installer le logiciel gratuit fldigi : http://sourceforge.net/projects/fldigi/files/
  2. de se connecter sur l'un des websdr disponibles à l'adresse suivante : http://websdr.org/
  3. de se procurer un dongle audio sur eBay (2,96 € port compris, voire moins... !) : http://www.ebay.fr/itm/CLE-USB-CARTE-SON-EXTERNE-5-1-AUDI...

Et voilà (exemple sur iMac) :

digimodes

 

05/12/2015

FIN DES ONDES LONGUES, FIN D'UN MONDE

histoire,REF

 

Lu sur le site de Télérama : http://www.telerama.fr/radio/fin-des-ondes-longues-fin-d-...

(Un article d'Aude Dassonville)

La disparition de la modulation d'amplitude, programmée pour 2016 et 2017, devrait permettre à Radio France de réaliser 13 millions d'euros d'économies. Elle signe la fin d'une époque.

Branle-bas de combat chez les postes à galène, révolution au pays des appareils radio à molettes, cataclysme dans le monde de la TSF ! Bientôt, Radio France n'émettra plus en modulation d'amplitude (AM). Finie, la réception de France Inter en ondes longues (LO), sur la fréquence 162 kHz. Terminée, la captation de France Bleu et France Info en ondes moyennes (OM, entre 525 kHz et 1605 kHz). En acceptant le Contrat d'objectifs et de moyens présenté par Mathieu Gallet, le ministère de la Culture et de la Communication a signé l'arrêt de mort de ce mode de propagation de la radio utilisé depuis le début du XXe siècle. La diffusion en MO cessera en 2016, celle en LO en 2017. Soit une économie de 13 millions d'euros annuels pour Radio France.

Pourquoi est-ce un événement ?

Parce que la modulation d'amplitude, c'est notre héritage. Expérimentée il y a plus de cent ans, cette technique a lancé la radio dans les années 20. « Ces fréquences étant très basses, elles ont une capacité de propagation remarquable », explique Jérôme Hirigoyen, le responsable du développement radio à TDF (Télédiffusion de France, à qui Radio France délègue l'émission de ses programmes). Pour preuve : il suffit d'un émetteur, implanté dans le Cher, pour inonder la quasi-totalité du territoire de grandes ondes. Il est réservé à France Inter, désigné « opérateur d'importance vitale » par le législateur (1) ; la nuit, quand plus rien n'arrête les ondes, on peut capter la station nationale dans plusieurs pays européens ! Mathieu Vidard, Charline Vanhoenacker : l'Europe vous écoute.

La portée des ondes moyennes, elle, est moindre. Elle n'excède pas la centaine de kilomètres. Grâce à elles, on capte France Bleu et France Info dans certaines zones du territoire, de plus en plus rares – ainsi qu'à certaines heures, des programmes religieux ou en langues régionales. A l'instar de France Inter, qui a cessé d'utiliser cette bande passante au début des années 90, Bleu et Info la désertent progressivement. « La technologie est ancienne, analogique… C'est un peu la radio de grand-papa », admet Jérôme Hirigoyen. D'une puissance limitée, elle ne peut pas servir à la téléphonie, ni même à la télévision. En revanche, elle est parfaite pour commander l'éclairage public ou remettre les pendules de la SNCF à l'heure ! Pour diffuser la météo marine aussi. Problème : la technologie désormais embarquée dans les bateaux est autrement plus fiable et précise qu'un flash hebdomadaire diffusé à un horaire relativement variable…

Quid de la FM ?

La modulation de fréquence (FM) est la technologie aujourd'hui la plus répandue. Lorsque François Mitterrand a libéralisé la bande, en 1981, les radios pirates y pullulaient, profitant sans vergogne de son son stéréo et de ses fréquences plutôt centrées sur les villes (elles balaient la bande de 87,5 à 108mHz). France Inter dispose de 625 fréquences, qui lui permettent de couvrir 96% du territoire. France Culture en a 508 (95%), France Musique 503 (95%), France Info 270 (88%). France Bleu et ses 44 locales se contentent de 441 fréquences, Mouv' en possède 31 et Fip, 10. Mais ces moyens de transport du son sont saturés et le CSA a de plus en plus de mal à dégoter de nouvelles fréquences pour le marché. « Et quand on en trouve une, elle offre une réception brouillée », regrette un membre de l'institution. La Radio Numérique Terrestre, qui permet à plusieurs signaux de cohabiter sur une même fréquence, pourrait régler le problème. Las ! La profession rejette cette technologie et lui barre la route tant qu'elle peut. Vous imaginez ? Donner la possibilité à de nouveaux opérateurs d'accéder à une diffusion large et de qualité, c'est trop de risques de voir l'audience s'éparpiller...

Pourquoi Radio France recourait-elle encore à cette technologie d’avant-guerre ?

Parce qu'elle y était obligée, c'était son « privilège » de service public. Les Français étant égaux devant l'impôt (et donc la contribution à l'audiovisuel public), elle doit leur permettre, où qu'ils soient, d'entendre Vincent Josse au petit déjeuner et Nicolas Demorand à l'heure des devoirs. Ces dernières décennies, les grandes ondes et les ondes moyennes servaient surtout à combler les vides laissés par la FM – environ 3% du territoire. Mais comme le réseau FM est quasi parfait, c'était un peu « ceinture et bretelles », pointe un cadre de Radio France. Surtout à une époque où la radio nous parvient aussi par satellite, sur le téléphone, ou encore l'ordinateur… Bref : la dépense était trop importante (13 millions donc) pour trop peu de gens concernés.

Restait le problème de l'obligation, inscrite dans le cahier des charges, de conserver ce mode de diffusion. Car c'est la loi : en cas de catastrophe, de guerre, de crise majeure ou de toute autre situation préoccupante, le peuple de France doit pouvoir recevoir de source anonyme toute information que le pouvoir d'Etat juge utile de lui communiquer ! Pour cela, il lui suffirait de s'installer à l'écoute du 162 kHz. Mais qui, de nos jours, aurait ce réflexe ? Obsolète, cette disposition devrait être abrogée.

L’arrêt de la modulation d’amplitude, c’est le sens de l’histoire

La voix de la France qui traverse les frontières par les LO ou les OM, c'est du passé. Les jeunes générations, élevées au numérique, ne savent même pas ce que c'est.

A Radio France, on admet que bien moins de 10% du public serait vraiment concerné ; peut-être même 5%, qu'on pourrait aider, au besoin de changer d'équipement… Même RTL le reconnaît : « depuis 1997, on constate une baisse linéaire de l'audience en grandes ondes », explique Charles-Emmanuel Bon, le directeur du développement de la station. Pour paraphraser une ancienne blague attribuée au fondateur de NRJ, Jean-Paul Baudecroux, à l'encontre de RTL : « dans chaque corbillard qui passe, il y a un auditeur en ondes longues ». Resquiescat in pace, la modulation d'amplitude avec lui.

(1) Après la Seconde guerre mondiale, les ondes ont été décrétées monopole d'Etat. C'est pourquoi les stations privées qui émettent en grandes ondes le font depuis l'étranger : RTL ne veut pas dire « Radio Luxembourg » pour rien, Europe 1 est née en Sarre (Allemagne) et RMC envoie son signal depuis une colline proche de Monaco.

LE RESEAU DES EMETTEURS FRANCAIS REMONTE LE TEMPS

Lu le site du Réseau des Emetteurs Français http://ref-info.r-e-f.org/radio-ref-remonte-le-temps/

"Le REF entreprend une opération de digitalisation de tous ses anciens numéros pour une mise à disposition en téléchargement dans l’espace membres.

Pour ces numéros d’avant 2005, nous ne disposons pas des fichiers originaux de photocomposition, aussi nous partons d’exemplaires papier.

Ceci implique donc une qualité légèrement inférieure pour chaque fichier PDF final.

Nous venons de terminer l’année 2004 qui est maintenant en ligne en totalité.

Il reste encore pas mal de travail pour remonter au Journal des 8, mais l’objectif est que nos membres puissent disposer de la totalité des Radio-REF publiés."

histoire,REF